Rejoignez l'univers de Kuroshitsuji, toujours plus fou !
 

Partagez | .
 

 Rebirth [PV Diamond]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
MessageSujet: Rebirth [PV Diamond]   Dim 20 Jan - 16:26

Il s'est réveillé en sursaut cette nuit. Pourquoi ce rêve ? Pourquoi maintenant ? Non. Il ne l'avait pas oublié. Il ne l'a jamais oublié. Mais pourquoi aujourd'hui ? Il venait à peine de trouver un nouveau compagnon ! Peut-être.. La peur... la culpabilité que d'oublier son premier amour, sa première fois ? Il n'en savait rien. Tout ce qu'il ressentait en se moment … C'était de l'humidité. Oui il avait... Légèrement mouillé son lit après avoir repensé à leur nuit. Car même hésitante et maladroite extrêmement agréable. Aujourd'hui c'était décidé, il allait chercher Whitney. Mais pas comme il le faisait d'habitude, rapidement sans trop s'aventurer dans les rues malfamés. Non. Cette fois, il allait y aller. Et le chercher. Fouiller Londres de fond en comble pour pouvoir le revoir. Il avait besoin de lui. Pour combler un vide dans son Cœur.

Le matin à l'aube, avant même que Bely ai le temps de lui apporter son déjeuner ou de l'habiller, il se vêtit de blanc, entièrement. Laissa ses cheveux lâché, les décorant à peine d'un serre tête. Blanc. Une ombrelle et un petit pistolet dans son sac avec quelque pièce et billet, il prend une calèche qui le conduit à Londres. Il tremble légèrement en tripotant un mouchoir, le tordant, le pliant... Finalement, la calèche s'arrête. East End. Il déglutit en descendant, le cocher, inquiet tout de même lui demande si ça va aller, si il ne veut pas quelqu'un pour l'accompagner, que ce ne sont pas des rues pour les nobles, mais Amasa secoue la tête en souriant avec douceur, lui assurant que tout allait très bien se passer.

Il serre alors contre lui son petit sac et se met à marcher, lentement, tranquillement, il n'a pas peur, mais n'est pas en confiance pour autant, et au file du chemin, il reconnaît certaine filles de joie, un ivrogne, priant d'ailleurs pour ne pas retomber sur le pédophile qui avait tenter de l'enlever il y a de ça 6 ou 7 ans. Il se stoppe net devant l'endroit où Whitney était autrefois. Et...

Personne. Rien. Le vide. Serrant de nouveau son sac, il fait volte face et se met vivement à marcher dans le sens inverse . C'est alors que commence vraiment ses recherches. Il fouille tout les bas quartiers de Londres, les rases aux peignes fins, interroge toute personne susceptible de connaître cet être étrange aux cheveux verts pendant des heures. Et en fin d'après midi après avoir tout ratissé sans résultat, il baisse les bras... Mais soudain il entend une voix au loin, dans les quartiers … Plus beaux, plus riches, crier:

«Le cirque est en ville !»
Le cirque ? … Après tout, pourquoi pas ? Il était très doué avec ses mains, peut-être est-il devenu … Magicien ? Lanceur de couteau ? Toutautrechoseoutuesdouéavectesmains ? Il secoue la tête et suis la troupe distraitement pour sursauter dans la calèche en remarquant une tignasse verte qu'il reconnaît tout de suite. C'est lui. Le soir sagement, à une place près de la scène, il attend que le spectacle commence. D'ailleurs, il ne prête attention à personne... Et puis, on annonce ''Diamond''. Haussant un sourcil, il observe la scène noir maintenant. Un projecteur s'allume. Diamond ? Pourquoi ce nom lui dit-il quelque chose …? Il secoue la tête et ouvre d'énorme yeux face à Whitney qui s'avance sur la piste.

Tremblant faiblement, il se met petit à petit à pleurer silencieusement, inquiétant d'ailleurs les personnes autour de lui qui se tourne en lui demandant ce qu'il a, essayant tant bien que mal de le consoler. Pauvre Amasa qui déteste se faire remarquer fait même stopper le magicien sur la scène. Puis à la fin, il sort discrètement, essuyant ses yeux encore humide pour se glisser sans se faire voir à la sortie des artistes. Il en observe beaucoup passer et l'observer curieusement sans être agressif ou lui dire de s'en aller, et puis enfin, Diamond sort à son tour. L'écoutant vaguement parler en souriant, lui demandant pardon de l'avoir fait pleurer ou autre chose du genre, Amasa se redresse et pose une main contre sa joue, de nouveau en larme.

«-Whitney … Whitney … C'est bien toi …? Je ne rêve pas …? J'ai réussi … a te retrouver...?»

Remarquant son totalement manque de réponse, il s'écarte peu à peu et rit faiblement en essuyant ses yeux doucement, encore une fois... Secouant la tête, il se dit qu'il a sans doute dû s'emporter et qu'il a plus dérangé ce pauvre magicien qu'autre chose. Après tout, Peut-être que le petit garçon qu'il a connu est mort d'une maladie … Ou bien, peut-être est-il partie vivre dans un autre pays ? Peut-être l'a-t-on adopté comme petit bourgeois ou noble ? Il secoue la tête de nouveau, l'air désolé, souriant faiblement.

«-Je suis confuse... Je me suis... Je me suis emporté... Je suis désolé de vous avoir ainsi agressé sans raison … Je...Je cherchais quelque de cher à mon Cœur qui n'a sans doute à ce jour plus aucun souvenir de moi et .. vu que vous lui ressemblez fortement, mon esprit à du me jouer un mauvais tour et je vous ai pris pour lui...
Je ferai mieux de partir … Mon chat m'attend à la maison … Le pauvre je n'ai pas eu le temps de le nourrir j'étais occupé à chercher Whitney toute la journée... (Soudain, il pose une main contre sa bouche en riant) Je vous raconte ma vie en plus ! Je suis vraiment désolé ! Bien, votre numéro était le meilleur je trouves. Désolé de vous avoir dérangé à cause de ma crise de larme.»


Il s'incline doucement, avec douceur et se détourne en rangeant doucement son mouchoir dans son sac. Oui... Il se le répète en boucle dans sa tête, il a dû se tromper, vraiment se tromper. Après tout pourquoi le hasard et le destin voudrait aider Amasa à retrouver un enfant des rues qui est sans doute mort ou partie du pays à l'heure qu'il est ? Il se le dit en boucle, se répétant qu'il est idiot de continuer à s'accrocher à ce petit espoir et d'avoir déranger un jeune homme qui n'a sans doute rien à voir avec tout ça... Jusqu'à ce qu'il se sente soudain retenu par le poignet. Sourcil froncé, il s'arrête et se tourne doucement.

«-Ou...Oui …?»
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Rebirth [PV Diamond]   Dim 20 Jan - 21:07

Un jour comme les autres. Le soleil était à peine levé que les artistes du Noah’s Ark commençaient déjà à émerger, à se préparer pour la longue journée qu’ils avaient devant eux. Moi compris dans le lot bien sûr. Levé aux aurores, comme tout le monde, je m’assis au bord du lit en passant mes mains sur mon visage légèrement tiraillé par la fatigue. L’air de rien, nous avions beaucoup de succès dans cette ville et par conséquent, nous faisions des représentations tous les soirs en plus de rester ouverts tout le jour. Par conséquent, je me couchais tard et me levais tôt. Il faut dire qu’à la capitale, ça me paraît plutôt logique : plus de gens, et surtout, de gens riches. Eux ils ont les moyens d’aller se distraire ainsi. Après tout, ce n’est pas plus mal, sans eux nous serions tous au chômage, restés à moitié morts dans le caniveau ou pire…

Brusquement, je me pliai en deux et me mis à tousser, une main sur la poitrine, grimaçant. Même après toutes ces années et le traitement qu’on avait eu la bonté de me donner, il m’arrivait de ressentir une douleur lancinante dans le thorax. D’un coup, comme ça. Le pire était d’attraper froid, l’hiver. Mes poumons étaient encore faibles… Je me redis un instant que si l’on ne m’avait pas tendu la main, quelques années plus tôt, je serai mort. Seul, dehors. Personne ne m’aurait pleuré. Personne ne se serait souvenu de moi. Ou alors, quelqu’un peut-être…

Non. Secouant la tête pour chasser ces pensées, je me redressai et bu un grand verre d’eau pour apaiser ma gorge sèche, en pris au creux de mes mains et m’en passai sur le visage. Relevant la tête, je croisai mon propre regard dans le vieux miroir. Je n’avais pas une si sale tête que ça après tout. Mes yeux étaient légèrement cernés, sans plus. Mes cheveux étaient comme d’habitude, c’est-à-dire sauvagement ébouriffés. Je passai une main dedans, sans résultats. Haussant les épaules, je tournai le dos à mon reflet pour enfiler une chemise vert foncée, un pantalon noir et un veston de la même couleur, ainsi que mes gants. Je sentais un léger poids dans ma poche ; j’y plongeai la main pour en sortir trois pièces un peu sales, que je regardai un court instant avant de les ranger. Après tout si j’étais mort, peut-être une personne se serait souvenue de moi.

La journée s’écoula tranquillement. La bataille du petit déjeuner, les répétitions, les visiteurs. Je me fis un peu d’argent en présentant des tours basiques aux nobles. Basiques, mais efficaces. Couplés à un petit numéro de charme, généralement, ça les comble. Les enfants, mais aussi les femmes. Il suffit de sortir une fleur de leur oreille et de sortir un petit compliment pour qu’elles sortent leur argent. Quant aux enfants… un rien les impressionne. Surtout quand ils peuvent participer ; choisir une carte pour me laisser deviner par exemple. Et là encore, un enfant content signifie des parents généreux. Et ce jour-là, ils l’étaient particulièrement, aussi, malgré mon réveil difficile, mon humeur s’était considérablement adoucie, jusqu’au soir où, assis sur une caisse de matériel dans les coulisses, j’attendais mon tour en jouant avec une petite pièce que je faisais disparaître et réapparaître distraitement. Le public paraît plutôt enthousiaste. C’est une bonne chose. La reconnaissance est une récompense très précieuse pour les artistes. Même si ça ne remplit pas le ventre.

Je me levai finalement en entendant Joker annoncer le prochain numéro, le mien. Je ne pus m’empêcher de sourire à l’entente de la description qu’il faisait de moi. Son rôle de « Monsieur Loyal » lui demandait en effet d’en rajouter… J’avais beau savoir qu’il en faisait des tonnes, ça flattait doucement mon ego.
J’entrai enfin sur scène, m’inclinant pompeusement, sourire aux lèvres, pour commencer tranquillement en faisant apparaître des colombes dans une petite cage de fer forgé recouverte de tissu… Et m’arrêter très vite, remarquant une certaine agitation dans le public. Evidemment ce dernier est plongé dans le noir, je n’arrivais pas à distinguer ce qui s’y passait. Je restai interdis, avant de détourner le regard et poursuivre. Je ne pouvais pas interrompre le spectacle. J’apercevais Joker qui me faisait les gros yeux depuis les coulisses.

Le spectacle s’acheva sans autre incident. Je m’éclipsai dans les coulisses, le sourire aux lèvres, plutôt satisfait de la soirée. J’étais assez content de ma performance. Je sortis avec les autres artistes, et l’un deux me donna un petit coup de coude, désignant d’un mouvement de menton une petite personne en retrait. Une jeune fille toute frêle aux longs cheveux noirs et en robe blanche. Je penchai la tête sur le côté.

« Elle t’attend. Elle s’est mise à pleurer pendant ton numéro. »

Je me tournai vers mon collègue, interloqué. C’était donc ça qui avait perturbé le spectacle ?

« C’est une fille que tu as plaqué ? » rit mon ami.

Levant les yeux au ciel, je le repoussai sans méchanceté alors qu’il continuait à rire. Qu’avais-je donc fait ? Je m’approchai, la regardant en croisant les bras, tentant un sourire.

« Bonsoir ? Excusez-moi, je vous ai fait attendre ? Je suis désolé, hein, si… Enfin j’ignore ce qui s’est vraiment passé mais apparemment vous avez pleuré ? Vous vous êtes sentie mal ? J’espère que ce n’était pas ma… »

Ma faute, voilà ce que j’allais dire. Mais je n’en eus pas le temps ; j’eus un sursaut en sentant sa main contre ma joue. Whitney ?

Personne ne m’avait appelé comme ça depuis la mort de ma mère. Ou alors, peut-être… Enfin, je ne me souvenais pas si je lui avais dit mon prénom ou pas. Je ne l’avais dit à quasiment personne. Aujourd’hui je n’étais que Diamond. Whitney était cette part d’ombre dans mon passé que je gardais secrètement au fond de moi. Le petit gamin famélique qui plumait les ivrognes.
Je n’écoutais même plus ce qu’elle me disait. Je n’entendais pas non plus mes amis du cirque me taquinant de loin, m’appelant Dom Juan parce que je faisais pleurer une fille. Peu à peu ça me revenait. La petite princesse en blanc, la partie de poker, le vieil homme louche, et puis cette maison si grande et une telle chaleur, une telle tendresse, un amour tel que même ma mère n’avait su m’en donner autant.
Les trois livres sterling brûlaient ma cuisse, au fond de la poche de mon pantalon. Sans réfléchir, j’attrapai son poignet alors qu’elle se détournait. Ou plutôt qu’il se détournait. Je le fixais, osant à peine y croire.

« Je… »

Je ne finis pas ma phrase, ne sachant que dire. Le regardant, j’avançai d’un pas et entourait ses épaules de mes bras, l’attirant contre moi sans réfléchir. Le cœur battant. Tous les artistes étaient partis se coucher à présent, les environs du chapiteau étaient déserts. Je le serrais avec douceur, pressant sa tête contre mon torse, son petit corps lové dans le mien.

« Ne pleure plus. »

Je ne trouvais pas les mots pour sécher ses larmes. Je suis là, tu m’as retrouvé. Tu m’as vraiment cherché ? Je ne t’ai pas oublié. Pardon de ne pas être venu plus tôt... Des phrases qui tournaient en boucle dans ma tête, sans réussir à trouver le chemin vers mes lèvres. Je resserrai mon étreinte, une boule dans la gorge.

« Ne pleure plus... S'il te plaît... Ne pleure plus, Amasa… »
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Rebirth [PV Diamond]   Lun 21 Jan - 4:14

« Je… »

Rien. Rien de plus. Il attendit un instant. «Il» ? Que voulait-il dire ? Il semblait perturbé, troublé... Et soudain, Amasa se figea en le sentant le serrer contre lui. Pourquoi … Pourquoi faisait-il ça ? Ne s'était-il pas trompé en le prenant pour l'enfant dont il était encore à ce jour follement amoureux ? Si ! Si il s'était trompé ! Alors... Pourquoi ? Pourquoi une soudaine marque d'affection ? De tendresse ? Tout compte fait.. Avait-il raison ? Il ne s'était pas trompé …?
Sa tête se posa alors contre le Cœur battant a une vitesse affolante de Diamond. Il déglutit faiblement et affolé leva les yeux vers lui. Ne pas pleurer ? Pourquoi le tutoyait-il maintenant ? Ne comprenant strictement rien … Ses jolies yeux bruns redevinrent humide en l'entendant parler de nouveau.

« Ne pleure plus... S'il te plaît... Ne pleure plus, Amasa… »

Amasa. Il l'avait appelé Amasa. Oui. Il avait en face de lui Whitney, il en était sûr … Et ne l'écoutant absolument pas, il se remit vivement à pleurer en se pressant de lui même contre son corps, laissant couler toute les larmes de son pauvre petit corps. Il était si heureux, ému de l'avoir enfin retrouvé après tant d'années.

Et il ne l'avait pas oublié ! Tremblant, il vint délicatement poser ses lèvres contre celle de Diamond, stoppant quelque peu ses larmes pour s'écarter quelque secondes plus tard... Et recommencer beaucoup plus vivement en agrippant le dos de son amant.
Il l'embrassait... De manière plus langoureuse, plus sensuelle sans non plus le forcer ou être violent. -a vrai dire il n'avait pas du tout l'impression de le forcer à quoi que ce soit...- A la fin du baiser, reniflant faiblement, il l'observe longuement, haletant en murmurant faiblement.

«-Si tu savais... A quel point tu as pu me manquer pendant toute ses années... Je sais... C'est bête de s'accrocher comme ça à une personne … Pendant si longtemps mais... Mais tu as été... Mon premier ami et... mon premier amour... Tu l'es encore d'ailleurs et je n'ai eu aucune histoire après toi mais... (Il détourne timidement le regard) Toi sans doute... Je … Je te gêne peut-être...? Désolé.. Mais.. Je ne veux plus te quitter... Diamond … (Il tira timidement la langue en riant faiblement) Je suis si heureux de t'avoir retrouvé enfin … Et confus d'avoir ainsi pleurer pendant ton numéro … Tu es encore plus habile avec tes mains qu'avant... D'ailleurs, j'espère que mes 3£ t'ont aider à manger par le passé... »

Il prit alors sa main et la serra fort en la regardant longuement pour se mettre à marcher vers la sortie du cirque sans que Diamond ne fasse rien pour y rester. Il voulait aller voir les étoiles avec lui. Pourquoi ? … Parce qu'il le voulait simplement. Le nez en l'air, pendant tout le chemin, il ne lâcha aucun mot. Perdu dans ses pensés. Que dire, que faire ? Il n'en savait rien. Dans sa tête, il fit le vide, puis un bilan. Bien. Il avait cherché Diamond pendant environs 7 ans. Et aujourd'hui il l'avait retrouvé. Diamond ne l'a pas oublié. Peut-être ne l'aime-t-il plus mais au moins il se souvient de lui et... tien... Il sent quelque chose contre sa hanche du côté de la personne concerné. Il se stoppe net et l'observe s'arrêter, inquiet. Sans gêne, il plonge sa main dans la poche de son pantalon pour fouiller tranquillement et en sortir les trois pièces. Sourcils froncé, il rit joyeusement en les serrant contre son Cœur.

«-Tu ne les as pas dépensé ? Vraiment ? (Il s'accroche à son bras délicatement et fronce les sourcils) Diamond...? Tu es tout froid... (Il pense, puis sort de son sac magique une jolie écharpe qu'il lui enroule autour du cou) Il ne faut pas que tu attrapes froid à cause de moi. Si non je ne me le pardonnerai jamais !»

Arrivé, loin de la ville dans un champ, la nuit déjà bien avancé, il lâche doucement sa main, la tête toujours levé vers le ciel maintenant totalement dégagé. Il sourit joyeusement et commence à marcher de plus en plus rapidement pour se mettre à courir en jetant ses chaussures à talons,tombant au bout de quelque minutes dans l'herbe en levant les bras en l'air, poussant un long soupir de plaisir.
Oui, même habitant dans le coin, il n'a pas spécialement le temps ou le droit de courir pied nu dans les champs de pâquerette comme dans la petite maison dans la prairie. … Bref. Au bout de quelques minutes, un peu calmé, il se redresse et fait signe à Diamond de venir pour l'attirer assis à ses côtés et se coller de nouveau contre lui en frémissant légèrement. Se collant d'autant plus à lui, il murmure doucement en regardant l'herbe à ses pieds.

«-Diamond... Dis... Tu m'aimes encore ? Je veux dire... (Il secoue la tête) Tu ressens encore, une autre affection que... De l'amour fraternelle pour moi …? Moi... Je t'aime.
Mais je n'ai pas envie de te faire peur si tu n'es pas amoureux de moi … J'aimerai … Juste savoir... pour être fixé … (Il sourit faiblement en se mettant courbé en avant, touchant le bout de ses pieds) Pardon … Je n'aurai pas du te poser cette question... C'est... Ça doit être gênant pour toi … Ou...Oublie si tu ne veux pas y répondre. (De nouveau il observe le ciel) Même en hiver il y a beaucoup d'étoile... C'est si joli … Cela fait longtemps que je ne les ai pas vus … »
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
MessageSujet: Re: Rebirth [PV Diamond]   Mer 23 Jan - 21:29

Je restai planté là, le tenant contre moi comme si ma vie, comme si sa vie en dépendait. Ses épaules tremblaient et je sentais son souffle saccadé contre mon cou, et ses larmes qui trempaient mon veston. Son corps était tout chaud contre le mien, entre mes bras.
Je sursautai légèrement en sentant ses lèvres. C’était doux. Chaud. De petites lèvres fines au goût délicat pressées contre les miennes. Je crus un instant que mon cœur allait percer ma poitrine tant il battait fort. Resserrant d’autant plus mon étreinte, j’approfondis le baiser, tendrement, mais pas que. Ça devint langoureux, tandis que nos langues comme nos respirations haletantes se mêlaient. Lorsqu’il rompit le baiser, il était encore rouge et à bout de souffle. L’écoutant silencieusement, je le laissai prendre ma main sans le quitter des yeux. J’étais trop chamboulé pour répondre. Non ce n’était pas bête. Non tu ne me gênes pas. Je ne te laisserai plus jamais partir loin de moi.
Encore une fois, les mots ne trouvaient pas le chemin vers ma bouche pour que je puisse lui dire ce qu’il voulait tant entendre. Je me contentai de le regarder, serrant sa petite main dans la mienne, souriant doucement.

« Merci… Je suis heureux que tu m’aies cherché… » Murmurai-je finalement.

Il tira sur ma main, m’entraînant hors de la ville. Sans réfléchir ou hésiter, je le suivis. Je ne réfléchis pas une seule seconde à l’inquiétude que je pourrais causer à mes compagnons du cirque s’ils ne me trouvaient pas au réveil dans ma tente, où nous allions, que lui devait probablement rentrer chez lui. A cette heure-ci, lui qui était à peine sorti de l’enfance, aussi fragile et propret, il était une cible parfaite à tous les gens louches de Londres.
Tout d’un coup, il plongea la main dans ma poche. J’esquissai un mouvement de recul.

« Qu’est-ce que… »

Les trois livres. Il se mit à rire. Je passai ma main dans mes cheveux, souriant d’un air gêné.

« Je… n’ai jamais pu m’y résoudre à vrai dire. C’était le seul souvenir qui me restait de toi. »

Levant les yeux vers lui, je secoue doucement la tête, commençant à protester vaguement. L’air était frais, certes, mais j’avais chaud. L’adrénaline du spectacle était retombée, mais elle avait laissé la place à celle de retrouver Amasa. J’avais renoncé depuis longtemps, pour ma part. Au début, je n’osais pas aller le retrouver. Je n’étais rien. Un gamin des rues, même pas légitime. Pour moi… C’était une princesse. Dans un monde bien trop lumineux pour moi, qui était né dans la poussière et avait vécu dans la crasse. Ensuite… Je suis tombé malade. J’ai bien cru que j’allais mourir. J’y étais résigné. Et enfin, le cirque… J’ai voyagé. Dans tout le pays. Aussi je n’eus plus l’occasion de le retrouver.

Je posai une main sur l’écharpe. Du tissu doux, épais. Je frissonnai. J’avais effectivement froid à présent. Le regardant courir devant moi, je remontai l’écharpe jusque sur mon nez pour inspirer longuement son odeur et fermai les yeux. Un parfum délicat, fleuri. Des images me revinrent, la chaleur de son corps à mes côtés, des années auparavant, dans son lit. Enlacés sous les draps, comme si nous nous connaissions depuis toujours. Ses petites mains sur mes joues, et des baisers, encore et encore. J’en avais le tournis.
Je rouvris les yeux, le voyant me faire signe. Je me laissai tomber dans l’herbe, assis à côté de lui. L’écoutant, le regard tourné vers le ciel, je murmurai avec douceur :

« Cet été, avec le cirque, je suis allé au bord de la mer. Il y avait tellement d’étoiles… Et elles se reflétaient sur l’eau. C’était très beau. »

Je m’interrompis. Je ne savais pas pourquoi je disais ça. Néanmoins je poursuivis, un ton plus bas encore :

« Quand j’étais petit je ne voyais jamais les étoiles. Même le ciel semblait couvert de poussière de charbon… »

Je levai les yeux vers les siens. Ma main effleura la sienne et je sursautai ; elle était toute froide. Je restai quelques secondes immobiles, et lâchai un petit soupir.

« Pourquoi tu dis ça ? C’est ce que tu penses ? J’ai l’air de vouloir partir en courant ? Idiot. »

Je m’approchai de lui et l’entourai à son tour de l’écharpe. Nous étions tous deux enveloppés dedans, nos visages si proches que je sentais sa respiration caresser ma peau. Puis je l’enlaçai de nouveau, le pressant contre moi en posant mon front contre le sien. Presque sévère, je le regardai.

« Je pensais que toi, tu ne voudrais pas de moi. Parce que j’étais un… un va-nu-pieds, un voyou. A peine un petit voleur à la tire. Un orphelin qui ne mangeait pas à sa faim. Je n’étais… Non, je ne suis toujours clairement pas à ta hauteur. Je n’ai pas beaucoup changé. Je suis devenu artiste. Enfin, artiste… Un vulgaire saltimbanque. Si l’un de nous devait fuir, ce serait toi. »

Mon regard s’adoucit, presque triste. Amasa était noble. Il était ravissant. La plus belle personne que je connaisse. Ma mère avait été belle, du moins avant de devenir la femme aigrie qui m’a élevé. Mais je ne l’avais jamais vraiment vue telle qu’elle était, et quand bien même ç’aurait été le cas, elle ne l’était pas autant. Il y avait également des gens beaux au cirque. Mais là encore, ils ne lui arrivaient pas à la cheville. Il avait cette aura resplendissante qui faisait de lui cet être lumineux… Je n’étais rien.
Sans compter que… après tout il était un garçon. Ça ne m’avait jamais posé de problème. J’aimais autant, sinon plus, les hommes que les femmes. Mais je venais d’un milieu excentrique. Quand bien même, nous ne pourrions jamais nous marier ou avoir des enfants.
Fermant les yeux, je poursuivis :

« Si j’avais été quelqu’un de bien, je… ne t’aurais pas suivi. Tu as un avenir devant toi. Tu es riche, tu es beau. Tu as tous les dons que la nature pouvait te donner. Tu n’aurais pas dû t’enticher de moi. Mais je ne suis pas quelqu’un de bien. Je ne suis pas capable de te laisser à un autre pour ton bien. C’est égoïste. Je veux juste te garder pour moi seul. Je veux être le seul à tout savoir de toi, à te toucher, à te posséder. Moi je suis déjà à toi. Je t’aime. Je t’aime comme un fou. Je t’aime à en mourir, Amasa. »

Je me mordis la lèvre. Etais-je allé trop loin ? Tous les mots qui restaient bloqués dans ma gorge un peu plus tôt étaient tous sortis, sans que je ne puisse m’arrêter. Je crispai les mains, sans détourner le regard cependant.

« Je t’aime. Je te le dirais autant de fois qu’il le faudra, toute ma vie si tu le veux. Voilà. J’espère que tu es fixé. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rebirth [PV Diamond]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rebirth [PV Diamond]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Diamond Eyes
» MARLENE MOIRA HAYWORTH ♦ I used to shine bright like that diamond until that day.
» Il Kwon ▲shine bright like a diamond.
» Resident evil (rebirth)
» [Partenariat introuvable] Pokemon Legends Rebirth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji-rpg :: ~ Autre ~ :: Noah's Ark Circus :: Tentes de la troupe secondaire-